Joy Global optimise la performance des exploitations à ciel ouvert et des exploitations souterraines grâce à JoySmart Solutions.

Voici deux exemples réels de ces solutions au travail :

Exploitation souterraine : systèmes pour longue taille

Les systèmes pour longue taille Joy, connectés et intelligents, comprennent des réseaux complexes en liaison avec des gyroscopes ultrasensibles, et des milliers de capteurs qui surveillent en continu la performance et la « santé » du système.

Lors de l’utilisation, le système d’exploitation par longue taille avance et le toit s’effondre une fois le système passé. Des capteurs fixés aux soutènements du toit émettent des données jusqu’à la surface. Des algorithmes complexes traduisent les points de données en information visuelle pouvant prévoir des changements importants dans les conditions d’exploitation de la mine.

Dans une étude récente, les données de soutènement de toit analysées par les algorithmes de Joy Global, ont permis de détecter une formation de cavité dans le toit. Grâce à une analytique avancée, nous avons pu suivre la stabilité du toit, impossible à voir à l’œil nu, et définir la cause de ces changements.

Ceci nous a permis de prendre immédiatement des mesures qui ont été avantageuses pour la productivité générale de la mine.

Exploitation à ciel ouvert : pelles électriques à câble

Les JoySmart Solutions ont aidé un client à réduire les dommages causés par l’opérateur sur sa flotte de pelles électriques à câble

Les opérateurs de pelle n’étaient pas conscients des effets néfastes des impacts lors de la rotation de leurs engins. Les collisions entre le godet et le banc lors des rotations laissent des dommages dans la structure du bras qui s’accumulent et finissent par des fissurations entraînant une immobilisation importante de la l'engin ainsi que des frais de réparation.

Grâce à JoySmart Solutions, nous pouvons, avec le client, mieux comprendre comment les comportements de pilotage et les conditions environnementales actuelles augmentent le risque d’impacts lors de la rotation. Nous avons utilisé les données provenant des engins pour illustrer le problème et quantifier comment les collisions individuelles contribuent au dommage général observé sur l'engin.

L’information a été utilisée pour guider un plan de formation des opérateurs qui établit des objectifs d’amélioration et de surveillance de la performance.

En présentant ces faits et grâce à une meilleure compréhension, nous sommes parvenus à réduire 40 % des impacts de rotation au cours d’une année, diminuant ainsi l’usure des engins et améliorant aussi leur disponibilité. »